Vivre et travailler au pays

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Le constat est cuisant vu la situation politico-socio-économique des Comores 42 ans après l’indépendance. Loin d’être nostalgique, le parti Ulezi regrette avec amertume que la forte majorité des citoyens comoriens subissent des conditions d’existence extrêmement misérables, comparativement à celles d’avant juillet 1975.

Le pays est à la dérive

En effet, les instabilités politiques permanentes, l’absence de dynamique économique, l’accentuation du chômage des jeunes accompagné de ses corollaires, tel que le développement de la mendicité, de la délinquance et de toutes sortes de violences y afférentes, affectent déplorablement la fierté d’antan des Comoriens.

Le pays est à la dérive et est face à son propre sort. Alors il est temps à ce que toutes les forces vives de la nation s’assoient autour d’une table pour faire le point de la situation en oubliant leur appartenance insulaire ou partisane.

natukvivre place

Les réalités politiques, sociales et économiques sont dramatiquement pitoyables. Toute la Nation désorientée s’estime abusée. Les conditions minimums d’existence sont en dessous du niveau acceptable. La misère est au seuil de la porte de nos citoyens.

Plutôt que de rechercher les responsabilités relatives à ce tableau noir, les Comores auront tout à gagner si nous sommes unanimes pour mettre de côté nos clivages partisans et insulaires ainsi nous consacrer essentiellement à l’avenir de la génération future.

 

Mouvement du 11 août

Tirer le bilan de 42 ans d’échec politique, économique et social de cette nation malmenée dès sa naissance n’est pas un exercice facile. Mais la réussite sera assurée si tous les Comoriens de nos 4 îles acceptent de dépasser leurs avantages particuliers au profit des intérêts supérieurs de la nation. Ainsi le parti Ulezi soutient la proposition du Mouvement du 11 août de convoquer une assise nationale portant sur l’avenir de notre jeune nation. Dans ces optiques :

- Ulezi lance un appel solennel à tous les partis politiques sans exclusion, à toutes les organisations de la société civile, à tous les mouvements syndicaux pour s’asseoir autour d’une table afin de trouver une solution durable au décollage économique et social des Comores.

- Ulezi interpelle le gouvernement comorien afin de montrer l’exemplarité de désintéressement aux retombées lucratives de cette assise nationale.

- Ulezi ne ménagera aucun effort pour faire des Comores un pays agréable où tous ses enfants auront envie d’y vivre et travailler.

 

Natuk Mohamed Mouzaoir, secretaire du parti Ulezi   natukvivre natuk



Top