Faut-il une diplomatie comorienne au ras des pâquerettes, pour Mayotte, ou offensive pour le respect du droit international ?