D’une gouvernance à reculons pour AZALI vers une dérive autoritaire